Le Mondarrain, la montagne de l'aigle

Au nord du col de Gorospil, la montagne basque se stabilise à 700 m. Passé le col de Zuharretea 556 m, la crête se relève au pic Ourrezti 693 m puis au pic du Mondarrain 749 m (au sud d'Espelette et au sud-ouest d'Itxassou, dans la province du Labourd) point culminant du massif dont le front rocheux et la symétrie des pentes en font un des sommets les plus célèbres de la Côte basque.

Le Mondarrain depuis Souraïde

Mondarrain ou Arranomendi en basque qui signifie la "montagne de l'aigle".

Mais selon Bernard Elissèche, Mondarrain viendrait de Arrain (contraction de arri-gain qui signifie « haut rocheux » en basque). Son nom était autrefois Montferrand dû à des activités métallurgiques. 

Le sommet du Mondarrain
Au sommet Des vestiges de murs témoignent de la présence d'une ancienne forteresse romaine (?).

2 vues aériennes où l'on aperçoit distinctement les vestiges de l'ancienne forteresse.
Selon l’abbé José-Miguel de Barandiaran, elle fut réaménagée aux environs du XIIe siècle par le Royaume de Navarre. Elle a été placée sous l'autorité de nombreux gouverneurs entre 1294 et 1390.
Le sommet du Mondarrain

C. Duvoisin écrivait en 1858 que les murs étaient épais de 1,60 m et il notait qu'au centre de l'enceinte subsistaient les vestiges d'un escalier conduisant aux souterrains destinés aux munitions de guerre et de nourriture. 

Le Mondarrain depuis le Gorramendi (Navarre)
Bibliographie : Miguel Angulo Guide des Pyrénées Basques - Les Basques d'après leur langue, l'Eskuara. Bernard Elissèche Jean-Baptiste OrpustanNouvelle toponymie basque.

Le Mondarrain et l'Artzamendi au lever du soleil