Le dicton basque et la petite histoire du 3 mars

"Xertorik hoberena, martxoan eiten dena" 
(La meilleure greffe est celle de mars)
Béhérobie (Esterençuby) les Sources de la Nive fin des années 1950

L'eau qui s'infiltre sur le plateau calcaire au pied du massif de l'Urkulu ressurgit aux Sources de la Nive à Béhérobie quartier d'Estérençuby.

La Nive serait le résultat de l'extraction de l'article et d'une longue dérive depuis un nom basque présumé : l'Unibar compris en gascon comme lo Nivar puis lo Niva, et enfin féminisé en français pour donner la Nive. Mais le nom pourrait aussi venir de  niv- (rivière), comme la Nièvre (de Nevera) et être apparenté à celui de la Neva russe.

Au-delà du village d'Estérençuby et Saint-Michel elle arrose Saint-Jean-Pied-de-Port et conflue un peu plus au nord, à Ascarat, avec la nive d'Arnéguy et le Laurhibar pour former la Nive.