La bataille d'Irun du 4 septembre 1936

La bataille d'Irun fut le principal combat livré lors de la campagne de Gipuzkoa, durant la guerre d'Espagne. Elle opposa les forces nationalistes et les troupes républicaines entre le 19 août et le 5 septembre 1936.
Depuis la Bidassoa, la bataille d'Irun le 4 septembre 1936
Elle se solda par la prise de la ville par les franquistes, sous les ordres du lieutenant-colonel Alfonso Behorlegui.
La ville était défendue par 3 000 républicains, incluant des miliciens anarchistes de la CNT, des Asturiens, des nationalistes basques ou encore des volontaires français.
Les forces de Beorlegui étaient plus réduites, mais mieux équipées artillerie de 155 mm, chars légers allemands et bombardiers Junkers Ju 52 et mieux entraînées un groupe de 700 hommes de la légion espagnole. Pour les appuyer se trouvaient dans la baie le croiseur Almirante Cervera et le destroyer Velsaco, qui avaient commencé à bombarder la ville dès le .
La prise d'Irun fut d'une importance décisive dans la suite des combats sur le front du nord. Les provinces républicaines du Gipuzkoa, de Biscaye, de Santander et des Asturies se retrouvèrent complètement coupées de la France, dont la frontière laissait passer des équipements d'importance vitale, obligeant les républicains à se tourner vers une solution exclusivement maritime pour obtenir un ravitaillement.
D'un point de vue politique, la bataille d'Irun servit également les desseins de la propagande franquiste. En effet, lorsque les républicains avaient finalement abandonné la ville, ils avaient détruit tout ce qui pouvait servir à leurs ennemis. Pendant la guerre, chaque fois que les nationalistes rentrèrent dans une ville qui, écrasée par les bombardements ou les combats, était complètement détruite, ils rappelèrent l'« exemple d'Irun ».
Irun en ruine septembre 1936