Les bornes frontière

Le vocable frontière provient du substantif front ; il induit une notion d’opposition entre deux zones séparées par ce même front, comme une « troupe qui, se mettant en bataille pour combattre, fait frontière […] »
Borne frontière à l'Artzamendi

Borne frontière à l'Ibanteli
Le premier acte mentionnant une frontière entre les deux royaumes date de 1659. Il est signé sur l’île des Faisans sur la Bidassoa par le cardinal Mazarin et don Luis de Haro, au nom de Louis XIV et Philippe IV ; plusieurs territoires sont alors échangés. Mais le bornage de la frontière demeure encore imprécis en de nombreux points, et les contestations et les heurts entre populations locales demeurent fréquents, au point que Napoléon III et Isabelle II font rédiger un nouveau traité, qui, par touches successives en 18561862 et 1866, détermine le bornage connu aujourd’hui de la frontière terrestre entre l’Espagne et la France.
Borne frontière 53

La borne 9 domine la vallée de la Bidassoa

Détail de la borne 9

Borne frontière 225
La frontière est matérialisée par 602 bornes, numérotées d'ouest en est à partir de 1856, en respectant un tracé souvent ancien.
Aujourd'hui encore la vie pastorale a subsisté ainsi que les conventions juridiques (faceries) qui consacrent la communauté des pâturages. Près de la borne (R36) au col de Lizuniaga (220 rn) se trouve au lieu-dit " Lizuniako-Mugarria", la table de pierre qui pourrait bien être un menhir renversé ou tombé.

La frontière suit très souvent ce type de monolithes datant de la Préhistoire. Les traités internationaux ont avec sagesse gardé comme repères un certain nombre de ces points où l'homme préhistorique avait placé un signe matériel. A cette table se tenaient et se tiennent toujours les faceries entre Sare et ses voisines navarraises (photo Jean Pouyet).

Monolithe, borne et barbelés, une limite pastorale trois fois répétée (en compagnie de Jacques Blot)

Certaines bornes pastorales ont été placées avant la seconde moitié du XIXe siècle et viennent compléter le bornage officiel. Le traité de 1856 détermine l’emplacement de 272 bornes ou croix, de l'Atlantique à la Table des Trois Rois ; celui de 1862 ajoute 154 bornes, numérotées de 273 à 426, de la Table des Trois Rois au port de Bouet, à la frontière ouest avec l'Andorre ; enfin l’acte de 1866 détermine 176 bornes supplémentaires, de 427 à 602, au départ du tripoint est France - Espagne - Andorre, jusqu’à la Méditerranée.
Le col des Trois Bornes au pied de l'Atxuria